Le yoga a changé ma vie

Comment le yoga a changé ma vie ?

Partager l'article
  • 1
  •  
  •   
  •   
  •  
    1
    Partage

Encore un article sur le yoga ! J’entends déjà des voix qui protestent. La barbe le yoga ! Il est vrai que depuis quelques années, le yoga est partout, sur internet, à la télévision, dans les magazines. Si vous ne voulez pas en entendre parler, ça va être difficile. Les effets de mode étant par définition éphémères, l’engouement devrait commencer à s’atténuer. Pourtant, le yoga semble s’installer durablement dans les habitudes de milliers de personnes. Si cette pratique millénaire est l’objet de tant d’intérêt, il se pourrait bien qu’il y ait une raison ! Je fais partie de ces enthousiastes qui, après avoir découvert les bienfaits du yoga ne peuvent résister à faire du prosélytisme. Je souhaite vous livrer ici mon expérience qui n’est pas celle d’une experte mais celle d’une pratiquante assidue. Depuis quelques années maintenant, je constate et ressens les changements que la pratique opère non seulement dans mon corps mais aussi en profondeur, dans mon caractère.

Bouddha ou M. Fantastique ?

Bien que le champ médiatique soit envahi d’articles sur le sujet, beaucoup de personnes qui n’ont jamais pratiqué continuent de garder une image assez éloignée de la réalité. Lorsque je questionne autour de moi des non pratiquants sur la façon dont ils imaginent le yoga, la plupart d’entre eux imaginent quelqu’un en position du lotus en train de méditer, ou alors carrément l’opposé, un virtuose de la contorsion. Si ces représentations ne sont pas fausses, elles sont cependant bien réductrices. Le yoga, c’est cela mais c’est aussi une large palette de possibilités entre ces deux extrêmes. À ceux qui affirment avoir besoin d’une activité plus dynamique qui leur permet de vider leur trop-plein d’énergie, je peux assurer que dans certains cours, j’en vois des très costauds qui tremblent sous l’effort et transpirent comme des bêtes ! Quand à ceux qui se croient incapable de le pratiquer car trop difficile, je vous demande simplement : pensez-vous que parmi les millions de pratiquants dans le monde, tous sont capables de passer la jambe derrière la tête ? Bien sûr que non, je n’en suis moi-même pas capable (pas encore, j’espère bien y arriver un jour !). C’est ce qu’il y a de magique avec le yoga, tout le monde peut le pratiquer, absolument tout le monde, des enfants aux vieillards, en passant par les personnes avec un handicap. Comme dit mon professeur : « Quiconque peut respirer est capable de pratiquer le yoga ». De plus, il existe différentes sortes de yogas et il y en a certainement un adapté à ce que vous recherchez.

Ma première fois

Mon premier contact avec le yoga remonte à la fin des années 90. C’était un cours de hatha yoga que j’ai suivi pendant une saison, à raison d’une fois par semaine. J’en garde un assez bon souvenir, notamment la découverte du pouvoir du souffle qui aide, entre autres, à étirer les muscles de façon presque magique. Je découvrais comment le corps pouvait se déplier pour créer de l’espace intérieur. Je sais, ça semble bizarre dit comme ça, mais je vous assure que c’est une sensation physique presque palpable. Parmi d’autres effets un peu étranges ressentis lors de cette première approche, je garde en mémoire une expérience singulière vécue au cours d’une méditation de fin de cours. J’eus la sensation de tourner à toute vitesse autour d’un axe me traversant, allant du périnée vers le dessus de la tête (je précise à nouveau, juste au cas où vous êtes en train de vous dire « ça y est, on a compris, elle a un pète au casque ! », que c’était juste une sensation, je ne prétends pas avoir lévité en tournant comme une toupie). C’était, comment dire… enivrant, au bon sens du terme ! Ça ne m’est jamais arrivé à nouveau mais j’avais envie de partager cette anecdote car c’est le genre de choses bizarres qu’on peut vivre quand on change la façon dont on respire et qu’on se met à l’écoute de son corps.

Malgré cette première expérience prometteuse, j’arrêtais après la première année. C’était en partie dû au fait que ce cours, dispensé dans une MJC, ne fut malheureusement pas renouvelé. À cette époque, étant maman célibataire, je ne pouvais pas me permettre de souscrire à un véritable club de yoga car il faut bien l’avouer, le yoga est souvent une activité assez onéreuse que certaines personnes ne peuvent pas se permettre. Mais peut-être est-ce une fausse excuse de ma part ? Peut-être n’étais-je pas prête à ce moment-là à franchir le pas vers un réel engagement dans la pratique ?

Le véritable commencement, avec l’ashtanga yoga

En octobre 2013, je décidais finalement de m’inscrire à un cours d’ashtanga yoga, après onze ans de pratique de karaté-do. Bien que cet art martial m’ait beaucoup apporté, je sentais que quelque chose me manquait. Je n’arrivais pas à relâcher mon corps, toujours sous tension. Je décidais donc d’essayer ce cours d’ashtanga. Bien que j’aie immédiatement ressenti un grand bien-être dès la première session, la nuit qui suivit m’inquiéta un peu quant aux effets ressentis. Survoltée dans mon lit, tournant et retournant, j’avais la sensation d’être branchée sur du 220 volts alors qu’une chaudière fonctionnant à plein régime, aurait jeté du feu dans tout mon corps. Le sommeil a toujours été un de mes points faibles et passer des nuits blanches n’était vraiment pas l’effet recherché. À la séance suivante, j’en parlais au professeur qui me rassura. Le corps peut avoir des réactions bizarres quand il n’est pas habitué à être sollicité de la sorte. Je continuais donc les cours et mes nuits rentrèrent dans l’ordre. Très vite, dès les premières semaines de pratique, à raison de trois sessions hebdomadaires, je sentis un bien-être s’installer en moi. Mon corps et mon esprit en redemandaient.

Le yoga, un outil puissant pour trouver notre chemin dans ce monde

On entend souvent dans la yoga-sphère que le yoga permet de se découvrir soi. Pour ma part, ce n’est pas un vain mot. Je suis convaincue que la pratique régulière et intense que j’ai mise en place dès novembre 2013 a eu une incidence déterminante sur les décisions que j’ai prises dans les mois qui ont suivi mes débuts.

Donner vie à un rêve

Depuis très longtemps, je rêvais de vivre à l’étranger mais comme beaucoup de rêve de ce genre, cela tenait plus du fantasme. Je rêvais beaucoup mais ne prenait aucune mesure pour passer à l’action. Quelques mois avant de commencer le yoga, j’avais décidé de rendre visite, pour quinze jours de vacances, à ma fille installée en Afrique du Sud. Mon billet était déjà réservé depuis plusieurs semaines, quand, vers la fin de l’année 2013, l’idée d’aller m’installer en Afrique du Sud a soudainement germé dans mon esprit. Je me dis alors que je pourrais profiter de ce voyage de vacances pour prolonger mon séjour et chercher du travail au Cap. Je dois avouer que mon activité de free-lance vivotait et qu’aucun conjoint ou petit ami ne me retenait. Ce projet m’offrait la possibilité de me rapprocher de ma fille, me laissait espérer trouver du travail, pouvait donner un coup de boost à ma vie et surtout me permettait de réaliser enfin un de mes rêves : vivre à l ‘étranger.

Du voyage de vacances au projet d’émigration

À partir du moment où l’idée est apparue dans mon esprit, j’ai commencé à tout organiser pour mettre en place ce plan et ce, sans date de retour déterminée : tout dépendrait de ma recherche d’emploi. En l’espace de trois mois (je partais le 20 mars 2014), je préparais la sous-location de mon appartement et commençait à prendre des contacts professionnels en Afrique du Sud. Peut-être tout cela, dit en deux phrases, ne semble pas grand-chose, mais pour moi, à cette époque, c’était exceptionnel. J’avais 46 ans et très peu voyagé dans ma vie, et voilà que je m’apprêtais à partir vivre au bout du monde et à changer radicalement mon style de vie. Chose étrange, cette décision, bien qu’exceptionnelle, s’accompagnait d’une sereine détermination et tout se déroula sans accroc, comme si tout était fait pour faciliter mon changement de vie. Arrivée sur place, je trouvais du travail au bout de cinq semaines et maintenant, je vis au Cap, pratiquant toujours le yoga, bien entendu ! Ma vie a complètement changé en l’espace de quelques mois.

Le yoga, le grand nettoyeur

Comment expliquer ce changement intérieur qui soudain ouvre une voie insoupçonnée ? Vous me direz que j’avais ce rêve en moi et que donc, ma décision n’est pas très étonnante. Certes, je rêvais, mais il y a un grand pas entre avoir des rêves et mettre en place les actions pour atteindre ce rêve. Ce pas est immense et lorsque je repense à ce que je ressentais avant de commencer le yoga, je sais combien j’étais engluée dans tout un tas de doutes et de charges émotionnelles négatives qui m’empêchaient d’avancer. Le yoga est pour moi un grand nettoyeur. Il nettoie notre corps, notre esprit et notre âme, nous purifiant, un peu plus à chaque séance, de toutes les scories accumulées en nous, qui nous empêchent d’être nous-mêmes. Je ne prétends pas avoir tout compris de tout et être arrivée à une hypothétique destination, mais je peux affirmer avoir ressenti ce grand nettoyage intérieur qui m’a aidé à clarifier mes envies et à prendre les décisions en découlant.

La grâce du souffle

La différence majeure entre une activité physique classique et le yoga réside, de mon point de vue, dans le pouvoir du souffle associé aux étirements. Je peux vous l’avouer, je n’ai jamais vraiment lu de livres spécialisés sur la question. Sans doute cela viendra et je me ferai un plaisir alors de vous en faire un résumé. Ce que j’essaie de faire ici, c’est tenter d’expliquer mon ressenti. J’ai toujours fait du sport dans ma vie mais aucun ne m’a jamais apporté ce que m’a apporté le yoga. Des activités physiques comme la course à pied, le fitness, le vélo, pour ne citer que ceux-là, sont déjà de bon pourvoyeurs de bien-être. Après un entraînement, on ressent une libération des tensions et un apaisement du corps. Pourtant, pour moi cela reste superficiel. À la différence de ces activités, le yoga apporte un changement profond en nous qui se fait sentir à différents niveaux.

Fini le yo-yo émotionnel

Lister tous les bienfaits du yoga serait trop long, ce sera donc l’objet d’un autre article. Il y a cependant un effet que je veux évoquer ici car il a en quelque sorte également contribué à changer ma vie. Une différence majeure que j’ai pu constater entre le moi d’avant et le moi d’après, c’est ma stabilité émotionnelle. J’ai longtemps été sujette à des sautes d’humeur. Je pouvais facilement sombrer dans un état d’abattement sans avoir nécessairement de raison à cela. Cela ne durait pas forcément longtemps, mais même si ce n’était que pour quelques heures, le malaise était profond. Je me sentais totalement étrangère à ce monde et mes pensées devenaient tellement sombres qu’elles étaient traversées d’idées suicidaires. Et puis un jour, alors que pratiquais déjà le yoga depuis plusieurs mois, j’ai réalisé, en parlant avec une amie qui connaissait aussi des variations d’humeur, que je n’avais plus ressenti cet état depuis très longtemps. J’étais vraiment surprise d’en prendre soudainement conscience. Ça a été une révélation. J’avais changé ! Et ce, presque malgré moi, simplement parce que j’avais changé les habitudes de mon corps.

Changements concrets pour gens normaux

Au-delà des représentations de « zénitude » ou de contorsion, le yoga apporte des changements concrets dans la vie de gens normaux. Une pratique régulière peut littéralement transformer votre vie d’une manière que vous ne pouvez encore imaginer. Aller au-delà de ses idées préconçues ou de ses peurs pour se rencontrer, ça vaut vraiment le coup d’essayer non ?


Partager l'article
  • 1
  •  
  •   
  •   
  •  
    1
    Partage

2 thoughts on “Comment le yoga a changé ma vie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *