Retrouver ses copains de 3e

Retrouver ma classe de 3e

Partager l'article
  • 1
  •  
  •   
  •   
  •  
    1
    Partage

Régulièrement, je m’imposerai des défis auxquels je vous ferai participer par articles interposés. Maintenant c’est dit, il va falloir que je m’y tienne (c’était un peu le but de la manœuvre d’ailleurs !). Pour ce premier défi, j’ai envie de découvrir ce que sont devenus nos rêves d’adolescents. Je vais donc me mettre en quête de retrouver mes copains de classe de 3e. Nous avions tous aux alentours de 14 ans, dans cette classe de 3e C du collège Louis Pasteur de Lavelanet dans l’Ariège, en 1981. À part deux d’entre eux avec qui je suis toujours en contact, j’ai perdu de vue tous les autres.

Pourquoi ce défi ?

Milieu de vie : bilan et prise de conscience

Cinquante ans est un âge charnière. Nous entrons bel et bien dans la deuxième partie de notre vie. Qu’allons-nous en faire ? Alors que la quarantaine est souvent le temps des bilans, la cinquantaine nous incite à davantage écouter nos envies, à laisser parler nos tripes. On prend conscience qu’il n’y a plus de temps à perdre si l’on ne veut pas vieillir le cœur plein de regrets. Faire un petit retour en arrière, tenter de retrouver notre cœur d’adolescent semble un bon moyen de faire le point au milieu de notre vie. En écrivant ces derniers mots, une chanson m’est revenue en tête, parfaite illustration de ces années 80, tant d’un point de vue musical que d’un point de vue mode lol. Juste une mise au point de Jackie Quartz a marqué l’année 1983. J’avoue que je n’ai jamais été trop fan de cette chanson (elle me donnait le bourdon) mais elle vous rappellera certainement quelques souvenirs si vous êtes dans la cinquantaine.

À quoi rêvons-nous quand on a 14 ans ?

Je vais bien sûr passer à l’interrogatoire, ça fait partie du jeu. Alors que je préparais mes questions, je me suis soudain posée la question : « À quoi je rêvais moi ? ». Et là, stupéfaction ! Je crois bien que je n’avais aucun rêve. C’est vraiment très étrange de faire ce constat. Bien sûr, quand j’étais enfant, j’ai eu des envies de métiers : je me souviens notamment avoir souhaité être antiquaire, puis journaliste. Ce qui est étrange, c’est qu’il semble que j’aie arrêté de rêver à l’adolescence, comme si quelque chose, dans le processus du rêve, s’était cassé.

Le décor : une petite ville ouvrière

Nous habitions une petite ville de l’Ariège qui, grâce à son industrie textile, avait pris sa part de gâteau pendant les trente glorieuses. La fin des années 70 et le début des années 80 amorçaient la périclitation de cette activité. Les usines fermaient à tour de bras, entraînant dans leur sillage la vie commerçante. Notre collège était classé ZEP (zone prioritaire d’éducation) et nous, enfants d’ouvriers ou d’employés pour la plupart, étions bercés par une rengaine de fond qui faisait, doucement mais sûrement, son travail de sape.

Interdiction de rêver

Les conseillers d’orientation nous orientaient vers des filières gestion, compta, coiffure, pour les filles, mécanique et autres CAP pour les garçons. Ne rêvez pas les enfants, vous serez ouvrier, secrétaire, coiffeuse, et si vous avez un boulot, vous serez déjà bien contents ! C’est une analyse qui vaut ce qu’elle vaut. Peut-être n’est-ce pas la seule raison à cette absence de rêve ?

L’adolescence se soucie-t-elle du futur ?

Peut-être simplement l’adolescence nous demande trop d’énergie. Peut-être bien qu’à cet âge, seul le présent compte, les copains et les copines étant notre seul horizon. Après la 3e, j’ai eu la chance d’aller au lycée. Ma perspective s’est élargie et j’ai recommencé à rêver un peu. Ce fut de courte durée mais ça, c’est une autre histoire.

Que sont devenus nos rêves d’adolescents ?

Ma mission, si je l’accepte (oui je l’accepte), c’est de découvrir si mes camarades de classe de 3e se sentent heureux aujourd’hui ou du moins, bien dans leurs baskets. La vie qu’ils mènent à présent correspond-elle à celle qu’ils rêvaient ou imaginaient lorsqu’ils étaient adolescents ?

J’ai préparé une liste de questions qui me servira de fil conducteur. Vous pouvez vous aussi vous amuser à y répondre et laisser vos réponses en commentaires, en bas de l’article :

Milieu familial/contexte

  • Que faisaient tes parents comme métier ?
  • Combien de frères et sœurs as-tu ?
  • Tes parents étaient-ils divorcés ?
  • Régnait-il une bonne atmosphère chez toi ?

Hier

  • Quels étaient tes rêves lorsque tu étais adolescent (si tu avais des rêves !)
  • Comment imaginais-tu ta vie future ?
  • Avais-tu un ou une petite amie ?
  • Avais-tu une idée précise du métier que tu voulais exercer ?
  • Pratiquais-tu un sport, une activité artistique ?
  • Étais-tu heureux(se) ?

Aujourd’hui

  • Quel est ton métier ?
  • Depuis quand l’exerces-tu ?
  • As-tu exercé d’autres métiers au cours de ta vie ?
  • Quelle est ta situation familiale ?
  • As-tu vécu plusieurs histoires d’amour ?
  • As-tu des passions dans ta vie (sport, art, etc.) ?

Bilan

  • Estimes-tu que ta vie actuelle correspond à ce que tu imaginais ?
  • As-tu des regrets ?
  • Agirais-tu autrement si tu en avais le pouvoir ?
  • Que ferais-tu différemment ?
  • Que changerais-tu si tu pouvais changer quelque chose dans ta vie aujourd’hui ?
  • Penses-tu qu’il est encore temps de donner vie à tes rêves ?
  • Si oui comment ?
  • Si non, pourquoi ?
  • Es-tu heureux(se) ?

C’est pas gagné !

J’ai conscience que la tâche ne sera pas facile. Il est possible que certaines personnes ne souhaitent pas se prêter à cette investigation, et je peux le comprendre. Voir débouler quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis presque 40 ans, avec qui on n’avait pas forcément des affinités, vous poser des questions intimes comme : Es-tu heureux ? Je conçois qu’il puisse y avoir des réticences. De plus, je ne suis même pas sûre de pouvoir retrouver tout le monde. Entre les changements de région et les changements de nom pour les femmes mariées, mon enquête risque de prendre plus de temps que je ne l’envisageais au début. Mais ça fait partie du jeu et j’aime bien jouer !


Partager l'article
  • 1
  •  
  •   
  •   
  •  
    1
    Partage

2 thoughts on “Retrouver ma classe de 3e

  1. Bonjour Muriel

    Bravo pour ce défi très ambitieux et très intéressant.
    Si vous n’y parvenez pas, vous pouvez déjà être fière de vous êtes lancé ce défi car vous dîtes il y a plusieurs obstacles !

    Vos questions pour comparer les situations et faire le bilan sont très intéressantes et permettent de bien faire le point sur notre vie.

    Pour ma part, le plus important est de ne pas avoir de regrets. C’est facile à dire bien sûr mais c’est vraiment possible !

    Concernant les obstacles que vous avez cité, il se peut que vos anciens camarades ne répondent pas mais vous n’y pouvez rien si Ils ne veulent pas répondre.
    Vous pouvez faire le maximum mais vous ne pouvez pas répondre à leur place.

    Si une personne a changé de nom, vous ne pouvez pas le deviner.

    Et je vous conseille de ne pas commencer tout de suite par parler du défi en demandant directement ” es-tu heureux dans ta vie”
    Prenez votre temps 🙂

    Faites ce qui est en votre possible pour réussir ce défi.
    Donnez le meilleur de vous même et vous pourrez être fière de vous.

    Moi je suis déjà fier de voir une personne se lancer dans ce genre de défi.
    Vous avez mon admiration !

    Un grand bravo !

    Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *